Accueil

L’association des Enfants de Monsieur Croche est née en 2010, de la convergences des désirs de jeunes musiciens talentueux et d’auditeurs : les uns avaient envie de faire de la musique, les autres avaient envie de les entendre et de les écouter.

Les piliers nécessaires étaient réunis : la musique n’est vivante que par sa conception et son écoute, elle forme de façon invisible mais Ô combien puissante et dynamique le lien qui unit musiciens et auditeurs un moment de grâce, hors du temps ordinaire.

Restait à trouver le cadre: il était là, évident, de tous côtés, sous le ciel bleu de Picardie, lumineux, rehaussé du vert sombre des arbres et brillant des prés, du blanc de la chapelle, de l’ocre de la ferme d’antan, du carmin des coquelicots -contemplez-les sur les routes et les chemins qui vous amènent à Creuse-… le cadre était là, Creuse… somptueux de fraîcheur, de senteurs, de couleurs… un zeste d’air et de vent pour porter la musique.

La musique est venue de Picardie, de France, d’Europe, et s’est donnée rendez-vous là: ces musiciens ont fait vivre les compositeurs venus eux, des quatre coins du monde, pour les habitants de Creuse et d’Amiens. Les auditeurs au fil des années sont eux aussi, venus de plus loin et le lien invisible a forgé la communauté des habitués du Festival de Creuse, Musique au Bois, et des Petits Matins de Creuse.

Parce que les rendez-vous sont devenus multiples, petits matin de printemps, d’été et d’automne, il ne manque qu’une saison pour atteindre le sommet de Vivaldi, se sont diversifiés, du baroque aux créations du 21ème siècle, se sont élargis, des sessions d’ouverture à la musique classique pour enfants aux explorations dodécaphoniques.

Parce que les rendez-vous ont plongé dans le recueillement de la musique sacrée, dans l’emportement de la musique romantique, dans le vérisme de Schönberg, la transcendance de Bach, le sourire de Mozart, parfois taquin, parfois comique, toujours bienveillant (presque…), souvent céleste, parfois divin… dans les mines profondes de Brahms et Beethoven… plus récemment, dans la sérénité inspirée de Camille Pépin, étoile montante de la composition contemporaine.

Parce que les jeunes musiciens du début sont devenus des professionnels confirmés: on n’en doutait pas. Ils restent jeunes, fidèles au festival de Creuse, et font preuve d’une maîtrise et une richesse d’interprétation qui a illuminé la neuvième édition du festival, en Août 2018. Ils sont présentés dans l’onglet Festival.

Il ne veut pas que ce soit dit, mais soyons courageux : le directeur artistique, Nicolas Royez, insuffle dans ces rendez-vous un élan et une profondeur sonore qui n’a d’égale que ses interprétations au piano: venez l’écouter, les mots sont trop pâles pour décrire sa musique.

Ils ne le pensent pas, mais soyons honnêtes: le travail des bénévoles de l’association, pendant le festival et les petits matins, mais aussi tout au long de l’année est tout simplement indispensable pour la tenue et la réussite des différentes manifestations. Tout simplement.

Et… deux mots, un nom : clé de voûte, Myriam Royez.

 

                                                                                   Libre, dit  Anonyme (19xx-*)